La célèbre limite Crétacé-Tertiaire plus ancienne qu'estimée jusqu'à présent
Publiée le 2011-04-22

La compréhension des évènements géologiques qui marquent la fin du Crétacé et la disparition de nombreuses espèces, telles les dinosaures, nécessite l'établissement d'un cadre temporel très précis. L'analyse cyclostratigraphique et la calibration astronomique, basées sur l'identification au sein de séries sédimentaires de cyclicités liées aux variations des paramètres orbitaux de la Terre, fournissent des estimations fines de durées et d'âge. Ces méthodes viennent d'être appliquées pour la première fois à l'ensemble de l'étage achevant le Crétacé par une équipe de chercheurs français (CNRS, IMCCE/Observatoire de Paris, Université Paris 6) et américains (Université Johns Hopkins). L'analyse de séries sédimentaires marines crétacées prélevées dans les océans Indien et Atlantiques lors de campagnes océanographiques de l'Ocean Drilling Program et du Deep Sea Drilling Project, associée à l'utilisation de la nouvelle solution astronomique La2010, ont permis de proposer deux âges pour la limite Crétacé-Paléogène, soit 65.59±0.07 Ma, soit 66±0.07 Ma. Cette deuxième proposition, plus en accord avec les derniers résultats radiométriques, recule cette limite dans le temps de 405 000 ans par rapport à ce qui est actuellement admis.

References :

D. Husson, B. Galbrun, J. Laskar, L. A. Hinnov, N. Thibault, S. Gardin and R. E. Locklair, 2011, Astronomical calibration of the Maastrichtian (late Cretaceous) (EPSL , sous presse)

J. Laskar, A. Fienga, M. Gastineau, H. Manche, 2011, La2010: A new orbital solution for the long term motion of the Earth, soumis à A&A (arXiv:1103.1084v1)


Attention : Ce serveur a été mis en place avec l'aide du Ministère de l'Education Nationale, du CNRS et du CNES. Tout usage des données diffusées par ce serveur nécessite l'accord de l'IMCCE.