Vers un changement de la définition de l'unité astronomique
Publiée le 2012-06-02
Lors de la prochaine assemblée générale de l'Union Astronomique Internationale qui se tiendra à Pékin en août 2012, il sera proposé une nouvelle définition de l'unité astronomique. Cette « unité » est purement conventionnelle et est considérée comme la distance moyenne de la Terre au Soleil. Sa définition remonte à 1938 ; elle est construite à partir de la masse du Soleil et de la durée du jour.

Sa détermination fut l'objet de longues et diverses recherches entre le XVIIe et le XIXe siècle notamment lors des passages de Vénus devant le Soleil. George Airy, astronome royal et directeur de l'Observatoire de Greenwich disait encore en 1857 à propos de la détermination de la parallaxe solaire – qui est équivalent à celle de l'unité astronomique – qu'il constitue « le problème le plus noble de l'astronomie. C'est une des plus difficiles à effectuer, et c'est d'elle que dépendent les distances et les dimensions des planètes, des satellites et du Soleil lui-même, ainsi que les distances des étoiles dont les parallaxes annuelles sont connues approximativement. »

De nos jours, il est possible de la mesurer directement avec une très grande précision ; c'est pourquoi il est proposé de briser le lien existant actuellement entre son mode de construction et les théories du mouvement des planètes : elle serait dorénavant fixée une fois pour toute à la valeur exacte de 149 597 870 700 m, ne s'écartant que de 9 m de sa valeur actuellement adoptée.
Attention : Ce serveur a été mis en place avec l'aide du Ministère de l'Education Nationale, du CNRS et du CNES. Tout usage des données diffusées par ce serveur nécessite l'accord de l'IMCCE.