IMCCE LA LETTRE D'INFORMATION DE L'IMCCE
Newsletter
N°31 - décembre 2007

Éphémérides du mois
de décembre 2007

(Repère géocentrique,
les quadratures
et les conjonctions
sont en ascension droite)

Les éphémérides sont données
en temps légal français

6 décembre
Conjonction entre la Lune et Vénus à 1h37m28s, différence de déclinaison : -7°6', élongation solaire de la Lune : 41°O.
La Lune à l'apogée (distance maximale à la Terre) à 17h53m26s, d=406235km, diamètre apparent = 29.5'.

9 décembre
Conjonction entre la Lune et Mercure à 9h58m43s, différence de déclinaison : -4°23', élongation solaire de Mercure : 5°O.
Nouvelle Lune à 18h40m25s.

10 décembre
Conjonction entre la Lune et Jupiter à 16h17m17s, différence de déclinaison : -4°39', élongation solaire de Jupiter : 10°E.

14 décembre
Conjonction entre la Lune et Neptune à 18h58m21s, différence de déclinaison : -0°40', élongation solaire de la Lune : 57°E.

17 décembre
Lune Premier Quartier à 11h17m31s.

22 décembre
Solstice d'hiver à 7h07m48s.
La Lune au périgée (distance minimale à la Terre) à 11h13m48s, d=360815km, diamètre apparent = 33.2'.

24 décembre
Pleine Lune à 2h15m35s.
Conjonction entre la Lune et Mars à 3h56m51s, différence de déclinaison : +0°54', élongation solaire de la Lune : 176°O.

28 décembre
Conjonction entre la Lune et Saturne à 23h24m19s, différence de déclinaison : -2°49', élongation solaire de la Lune : 117°O.

31 décembre
Lune Dernier Quartier à 8h50m49s.

Archives
Les newsletters archivées

Contacts

Service de renseignements
sr@imcce.fr

Éphémérides en ligne
miriade@imcce.fr

Directeur de publication :
William Thuillot

Chef de rédaction :
Sylvie Lemaître


IMCCE - Observatoire de Paris
77 Avenue Denfert-Rochereau
F-75014 PARIS

LOGO IMCCE   LOGO OBSPM

LA VISIBILITÉ DES PLANÈTES

(Planètes visibles entre les latitudes 60° Nord et 60° Sud et les constellations les plus voisines)

Jupiter est visible au crépuscule du soir dans la constellation du Sagittaire (jusqu'au 7 décembre).
Mars est visible dans la constellation des Gémeaux.
Saturne est visible dans la première partie de la nuit (à partir du 5 décembre) et dans la deuxième dans la constellation du Lion.
Vénus est visible à l'aube dans la constellation de la Balance.

Aspect des planètes au 16 décembre
Cliquez pour agrandir
Mercure, Vénus, Mars, Jupiter, Saturne, Uranus
repere

 

NOUVELLES ASTRONOMIQUES

Les Géminides

Cliquez pour agrandir
Crédit : NASA

On appelle Géminides la pluie de météores intervenant entre le 7 et le 17 décembre et dont le maximum d'activité se déroulera le 14 décembre cette année à 16h45m UT, ce qui favorisera les observations en Asie de l'est et dans le Pacifique.
Le nombre d'"étoiles filantes" (météoroïdes) visibles à l'oeil nu atteint celui des Perséides en août ou des Quadrantides en janvier, soit presque deux par minute.
Les Géminides ont la particularité d'être associés à l'astéroïde 3200 Phaeton.
L'image ci-contre représente la position du radiant, point d'où semblent venir les étoiles filantes dans le ciel.
La pluie durera plusieurs heures. L'Europe est donc bien placée pour observer la fin du phénomène. La Lune montante ne gênera pas les observations.


Le solstice d'hiver

Cette année le solstice d'hiver tombe le 22 décembre à 7h7m48s en heure légale. Cette date marque le début de la saison.
C'est la date où, sous nos latitudes, le Soleil se lève le plus au sud-est et se couche le plus au sud-ouest. C'est également la date où la durée de la nuit est maximale et la durée du jour est minimale. À partir du solstice d'hiver les jours recommencent à croître, mais pas de manière symétrique le matin et le soir. En effet nous utilisons comme échelle de temps un soleil moyen, ainsi le Soleil continue de se lever en temps moyen de plus en plus tard même après le solstice (jusqu'au 2 janvier), alors qu'en début de mois de décembre, l'heure du coucher du Soleil décroît jusqu'au 13 décembre puis se met à croître.
Le terme solstice vient du latin solstitium (de sol « soleil » et sistere « s'arrêter, retenir ») car le Soleil semble rester stationnaire pendant quelques jours à ces périodes de l'année, avant de se rapprocher à nouveau de l'équateur.
À l'instant du solstice d'hiver, le Soleil entre dans le signe du Capricorne mais pas dans la constellation éponyme ; l'entrée dans le signe du Capricorne correspond à une longitude apparente du Soleil de 270° et à ce moment là, le Soleil est dans la constellation du Sagittaire. Ce jour là il passe au zenith pour un observateur de l'hémisphère sud situé sur le tropique ; ce qui explique l'origine de son nom : le tropique du Capricorne.

En savoir plus


Passage du Soleil dans le plan des anneaux d'Uranus

Cliquez pour agrandir
Crédit : IMCCE
Apparence géométrique de Uranus et de ses anneaux au moment du passage du Soleil dans le plan des anneaux.

La période de révolution de 84 ans de la planète Uranus autour du Soleil implique que tous les 42 ans, soit deux fois sur son orbite, elle se présente à nous dans le plan de son équateur. La Terre et le Soleil traversent alors ce plan à des dates bien précises. La Terre l'a traversé les 2 mai et 16 août 2007, puis le refera le 20 février 2008. Le Soleil le fera le 6 décembre prochain. Entre le 6 décembre et le 20 février, les observateurs terrestres pourront observer la face obscure des anneaux d'Uranus. Cette période est donc très favorable à des mesures encore jamais menées pour l'étude d'Uranus et de ses satellites.
Des phénomènes particuliers dans le système des satellites, les occultations et éclipses mutuelles, se produisent. Ces phénomènes n'ont jamais été observés dans ce système de satellites. L'IMCCE a ainsi organisé une campagne d'observation qui en 2007 a déjà permis de collecter des données rares à cette occasion.
Mais c'est aussi une opportunité unique pour étudier les anneaux de la planète, leurs composantes, leur épaisseur, leurs extensions de poussières, et les petits satellites qui en sont trop proches pour être observés aisément depuis la Terre. A l'occasion d'un événement similaire en 1980 la structure des anneaux de Saturne avait été étudiée, de plus, grâce à la diminution de l'éclairement de ces anneaux et à leur disparition temporaire lorsqu'ils sont éclairés par la tranche, de nouveaux satellites avaient pu être découverts. Il faut s'attendre maintenant à des résultats équivalents pour le système d'Uranus.


"Soucoupes volantes" autour Saturne

Cliquez pour agrandir
Crédit : NASA

Des images à haute résolution de la sonde Cassini faites en été 2006 viennent de révéler une forme étonnante pour deux satellites de Saturne situés au coeur des anneaux de la planète géante. Les satellites Pan et Atlas, petits corps d'une trentaine de kilomètres de rayon, sont ceinturés à l'équateur d'importants "bourrelets" leur donnant la forme de "soucoupes volantes". Grâce à des simulations numériques reproduisant les collisions entre particules à l'intérieur des anneaux, les chercheurs du Service d'Astrophysique du CEA et du laboratoire AIM de l'Universite Paris Diderot ont acquis la certitude que ces petits corps ont "grossi" dans les anneaux et constituent une preuve indirecte que les anneaux de Saturne résultent sans doute de la désintégration catastrophique d'un gros satellite ou d'une comète.

En savoir plus


Atelier de Mécanique Céleste

À l'approche du 200e anniversaire de deux Mémoires remarquables de Poisson et de Lagrange sur les aspects hamiltoniens de la méthode de la variation des constantes, un atelier sur les aspects mathématiques de la mécanique céleste se tiendra du 11 au 20 décembre 2007 à l'Institut Henri Poincaré et à l'Observatoire de Paris. Il sera centré sur la moyennisation ainsi que sur les théories KAM et KAM faible, en vue de leurs implications dans le problème des n corps.

En savoir plus

 

ACTUALITÉS

De l'astrolabe au GPS ou LA NAVIGATION ASTRO : des premières découvertes aux techniques contemporaines

Cet ouvrage est le fruit d'une journée de réflexion organisée par l'IMCCE, le Bureau des longitudes, l'Observatoire de Paris et les éditions Édinautic, autour de la publication des Éphémérides nautiques.
D'éminents spécialistes et historiens se sont réunis à l'Observatoire de Paris afin de débattre, face à un public attentif et passionné, sur les plus récentes techniques de navigation, leurs fondements historiques et scientifiques ainsi que leur évolution future.
Isabelle AUTISSIER a apporté son témoignage de navigatrice sur l'événement capital de ces dernières années : le récent passage du sextant au GPS.
Un ouvrage à la portée de tous, qui se doit d'avoir une place dans la bibliothèque de ceux qui s'intéressent au thème passionnant de l'histoire de la navigation "astro" et accordent l'attention qu'ils méritent aux astres, aux galaxies, en un mot, à l'univers.

Vous retrouverez nos autres publications (Guide des données astronomiques - Annuaire du Bureau des Longitudes, Éphémérides nautiques 2008, Agenda astronomique 2008, etc.) auprès des éditeurs EDP-Sciences www.edpsciences.org et EDINAUTIC http://edinautic.com/.

Pub2008  Pub2008  Pub2008


Séminaires et Conférences

Temps & Espaces

17 décembre A. Sarkissian (SA/Université PVI, Verrières-le-Buisson)
"Mesure de la vapeur d'eau dans les spectres d'Elodie à l'OHP de 1995 à 2005."
Lieu : Salle de l'Atelier à 14h - IMCCE Observatoire de Paris 77 avenue Denfert-Rochereau 75014 PARIS

Bureau des Longitudes

5 décembre J.-P. Kneib (Observatoire astronomique Marseille-Provence)
"Lentilles gravitationnelles et matière noire."
Lieu : Salle Pierre Hugot à 14h - Palais de l'Institut 23 Quai de Conti 75006 PARIS
N.B. : Pour vous désinscrire, envoyez-nous tout simplement un courrier électronique.
© IMCCE - Tous droits réservés